Mini Trips

Minitrip

Voyagez libre et choisissez l'un ou plusieurs modules de 3 ou 4 jours au départ de Leh... Ces minitrips vous offrent la possibilité de découvrir le Ladakh à votre rythme selon la durée qui vous convient ! 

Les lacs d'altitude - 3 jours

De la vallée de l'Indus au plateau du Rupshu, ce mini-trip vous emmène sur les terres des nomades toutes proches de la frontière tibétaine. Les Lacs Tsomoriri et Tsokar situés à 4500 m d'altitude vous projettent dans un autre temps, un autre espace... Le passage du col "Tanglang la" à 5300 m d'altitude, la visite des monastères et la route du retour longeant l'Indus sont les autres points forts de ce module 3 jours. A ne pas manquer !

Carte d’identité
Durée / distance : 3 jours / 475 km
Période : de mai à septembre
Groupe : minimum 4 participants
Prix : à partir de 445€ / pilote

______________________________________________________________________

De Lamayuru a la Nubra - 4 jours

Cap à l’ouest au travers des gorges impressionnantes de la route de Kargil qui mène au Cachemire, vous roulez de villages en monastères (Alchi, Likir, Rizong) jusqu'à Lamayuru. Cap à l’extrême nord sur la route de l’Asie centrale par le col carrossable le plus haut du monde, le Khardung La (5540 m alt.). Vous découvrez la région fertile de la Nubra sur le rythme paisible de la balade à moto. L'introduction au Bouddhisme, la couleur des paysages, le contact avec les habitants et leur mode de vie sont les autres points forts de ce module. 550 km à la rencontre de la terre et des hommes !

Carte d’identité
Durée / distance : 4 jours / 550 km
Période : de mai à septembre
Groupe : minimum 4 participants
Prix : à partir de 545€ / pilote
_____________________________________________________________________

La Transhimalayenne - 4 jours

La Transhimalayenne est l’une des routes les plus difficiles de l’Inde mais également des plus spectaculaires, elle est bloquée 8 mois de l’année par d’énormes couches de neige qui recouvrent les sommets. De juin à mi-septembre, c'est la grande aventure qui vous attend sur environ 500 km de raid avec le passage de cols à plus de 5000 m d'altitude, des paysages variés à couper le souffle et un mix de culture hors du commun entre bouddhisme et hindouisme . A vivre une fois dans sa vie !

Carte d’identité
Durée / distance : 4 jours / 510 km
Période : de juin à septembre
Groupe : minimum 4 participants
Prix : à partir de 545€ / pilote

Dates de départ 
Sur demande.

Extensions / Sur mesure :
Envie d’enchainer avec un trek au Ladakh, une échappée de quelques jours au Taj Mahal ou au Rajasthan ? Contactez-nous.

Les lacs d’altitude - 3 jours


J1: LEH - TSOKAR ( 154 km / 6h)
Après le petit déjeuné et un court briefing, nous prenons en mains les Royal Enfield et quittons la ville de Leh au sud-est, par une large route bitumée à la découverte des villages et des monastères de la vallée de l’Indus (visite des gompas de Stakna & Tiksey). Au travers d’étroites gorges formées par une roche de couleur pourpre, nous prenons de l’altitude et rejoignons Rumtse, le dernier village avant les grandes étendues himalayennes. La montée vertigineuse vers le deuxième col carrossable le plus haut du monde, le Tanglang La (à 5300 m d’altitude), d’où nous pouvons admirer les chaines du grand Himalaya est le challenge qui nous attend. De l’autre coté du pass, d’immenses étendues accueillent les tentes des nomades et leurs troupeaux de yaks venus grappiller les quelques végétaux capables de survivre à cette altitude. Nous roulons ensuite jusqu'à une piste sablonneuse qui donne accès au lac Tsokar jouant de toutes ses couleurs au couché du soleil. Logement en camp fixe

J2: TSOKAR - TSOMORIRI (110km – 4h)
Nous continuons la piste en contournant le lac jusqu’au hameau de Tukje, puis vers les cols de Polo Kongka (4920 m alt.) et Namshang La (4800 m alt.). La route qui mène à un premier lac turquoise, le Tsokiagar, se transforme alors en piste caillouteuse juqu’au lac Tsomoriri (18km de long, 4540 m alt.) et son village Korzok qui est habité en permanence par une petite communauté de nomades Changpa, ce qui fait de lui, l’un des villages en activité les plus hauts d’Asie. Situé sur la route du commerce entre le Spiti et le Ladakh, le monastère, vieux de plus de 500 ans, fut visité par bon nombre des premiers explorateurs. Logement en camp fixe.

J3: TSOMORIRI - LEH (211 km – 7 à 8h)
Une longue et superbe étape vous attend au départ du Tsomoriri. Nous empruntons la piste au travers des montagnes enneigées et observons au passage les nombreuses marmottes, yaks, dzo, chèvres pashminas, renards, ânes et chevaux sauvages... Toute proche de la frontière tibétaine, la zone du Changtang est sous contrôle militaire. Nous présentons les permis de visite au check-post qui contrôle le passage du pont de Mahe donnant l’accès à la vallée de l’Indus et longons le fleuve jusqu’à Leh par une étroite route bitumée. D’abord désertique, puis, au fur et à mesure que nous approchons de la capitale, l’animation, les habitations, les monastères et le trafic se font de plus en plus ressentir… Nous sommes de retour parmi les hommes… Au pays des dieux !
_______________________________________________________________________________

De Lamayuru a la Nubra - 4 jours


J1: LEH - LAMAYURU (130 km – 6h)
Après le petit déjeuné et un court briefing, nous prenons en mains vos Royal Enfield et quittons la ville de Leh à l’ouest, par la route de Kargil qui mène au Cachemire. Le long des rives de l’Indus, nous traçons la route au travers de gorges impressionnantes abritant plusieurs monastères à ne pas manquer (visite de Likir, Alchi et Rizong). Le monastère antérieur au 10ème siècle qui domine le village de Lamayuru depuis un rocher escarpé, est le plus vieux gompa connu du Ladakh. Autrefois les criminels y jouissaient du droit d’asile, ce qui explique son nom de « Tharpa Ling ou lieu de liberté ». Logement en guesthouse à Lamayuru.

J2: LAMAYURU - LEH (125 km – 5 à 6h)
L’ancienne route qui passe par les lacets de Jalebi contourne Lamayuru et son gompa par le haut, offrant alors un spectacle grandiose face à ce qui fut autrefois un immense lac. La descente par une série d’épingles à cheveux à flanc de montagne nous conduit jusqu'à Khalsi où nous récupérons la route principale en direction de Leh que nous rejoignons sur le rythme de la balade, s’arrêtant ici et là au gré de nos envies. Logement en guesthouse à Leh.

J3: LEH - HUNDER (125 km – 4 à 5h)
Route de l’Asie centrale, cap à l’extrême nord par le col carrossable le plus haut du monde, le Khardung La (5540 m alt.) d’où nous découvrons par temps clair le Saser Kangri culminant à 7612 m d’altitude. La descente d’une heure et demi jusqu'au village de Khardung n’en fini pas de zigzaguer, encore et encore. Nous finissons par déboucher dans la vallée de la Nubra, large plaine formant un Y au travers des montagnes, au centre, les rivières Nubra et Shyok serpentent la vallée. A quelques kilomètres de là, le village de Diskit est surplombé par un joli monastère de l’ordre gelukpa offrant une vue imprenable sur la vallée. Nous continuons jusqu’au dernier village accessible, Hunder. Logement en guest house à Hunder.

J4: HUNDER - SUMUR - LEH (170 km – 6 à 7h)
Journée découverte de la vallée de la Nubra, nous passons par les petites dunes de sable peu après Hunder où les quelques chameaux présents nous rappellent l’époque des grandes caravanes traversant l’Himalaya. Puis, nous remontons la rive droite de la Nubra jusqu’à Sumur où en 2007, le Dalaï Lama donna un enseignement et ré-inaugura le monastère Samstanling qui héberge une soixantaine de moinillons. En fonction des conditions climatiques, nous empruntons un chemin qui relie la Nubra à la route de Taktok et aboutit sur la vallée de l’Indus à hauteur de Kharu. Si la route n’est pas praticable, nous retournons sur Leh par le Kardung La !
_____________________________________________________________________

La Transhimalayenne - 4 jours


Dans le sens Leh-Manali

J1: LEH – TSOKAR (154 km – 6h)
Après le petit déjeuné et un court briefing, nous prenons en mains vos Royal Enfield et quittez la ville de Leh au sud-est, par une large route bitumée à la découverte des villages et des gompas de la vallée de l’Indus (visite de Stakna & Tiksey). Au travers d’étroites gorges formées par une roche de couleur pourpre, nous prenons de l’altitude et rejoignez Rumtse, le dernier village avant les grandes étendues himalayennes. La montée vertigineuse vers le deuxième col carrossable le plus haut du monde, le Tanglang La (à 5300 m d’altitude), d’où nous pourrons admirer les chaines du grand Himalaya est le challenge qui nous attend. Après la descente vers les plateaux, nous roulons jusqu'à une piste sablonneuse qui donne accès au lac Tsokar jouant de toutes ses couleurs au couché du soleil. Logement en camping.

J2: TSOKAR - SARCHU (130 km – 5h)
A l’approche des Morey Plains, nous empruntons une large bande de terre sablonneuse coincée entre deux montagnes, des tentes de nomades se dessinent à l’horizon, des troupeaux de yaks et de chèvres pashminas parcourent la plaine pour y grappiller les quelques végétaux capables de survivre à ces altitudes (+/- 4300 m alt.). Ensuite, les gorges étroites de Pang entament le passage successif de deux cols d’altitude, le Nakeela (4738 m alt.) et le Lachuglung La (5064 m alt.), puis la descente par une série de loops nous conduit jusqu'à un canyon que nous longeons sur 25 kilomètres avant d’atteindre les plateaux de Sarchu. Logement en camping.

J3: SARCHU - KEYLONG (107 km – 5h)
Les portes du Ladakh se referment au passage du Baralacha La (4800 m alt.), les paysages du Lahaul dévoilent alors leurs vallées verdoyantes, l’altitude diminue et une multitude d’odeurs embaument l’atmosphère. Le bouddhisme et l’hindouisme cohabitent dans bon nombre de villages à l’image de la région qui, géographiquement, est située entre le sous-continent indien et les grands espaces himalayens. Nous logeons en guest house à Keylong (3200 m alt.), seule ville entre Leh et Manali.

J4: KEYLONG - MANALI (115 km – 6h)
L’arrivée de la Transhimalayenne en Royal Enfield se profile à l’horizon; de l’autre coté du Rohtang Pass, la vallée de Kullu autre fois connue sous le nom de Kulanthapitha « bout du monde habitable » représente à nos yeux l’ultime étape de cette virée himalayenne. Nous longeons d’abord la Chandra alimentée en eau par la fonte des glaciers environnant, puis entamons la montée du col du Rohtang La (4000 m alt), haut lieu du tourisme local; les indiens y découvrent généralement la neige pour la première fois… Folklore et bonheur à l’eau de rose assuré! Descente au milieu d’une végétation luxuriante jusqu’à Old Manali (2050 m alt.). Logement à la guest house.
_____________________________________________________________________

Dans le sens Manali - Leh

J1: MANALI - KEYLONG (115 km – 6h)
C’est le grand départ, nous mettons le cap au nord vers le premier col de la Transhimalayenne, le Rohtang La (3990m alt.), haut lieu du tourisme local en cette saison, les indiens y découvrent généralement la neige pour la première fois; folklore et bonheur à l’eau de rose assuré! Au passage du col se dévoilent à nous les paysages du Lahaul où le bouddhisme et l’hindouisme cohabitent dans bon nombre de villages à l’image de la région qui, géographiquement, est située entre le sous-continent indien et les grands espaces himalayens. Nous logeons en guest house à Keylong (3200 m alt.), seule ville entre Manali et Leh.

J2: KEYLONG - SARCHU (107 km – 5h)
Nous laissons le Lahaul derrière nous et entrons progressivement dans un univers complètement minéral à l’approche du Baralacha La (4800 m alt.) encore recouvert de neige à cette époque de l’année. La descente vers le plateau de Sarchu est l’entrée proprement dite dans le territoire du Ladakh. Jusqu’à Leh, nous ne redescendrons plus au-dessous des 4300 m d’altitude. Logement en camping (4300 m alt.).

J3: SARCHU - TSOKAR (130 km – 5h)
Nous longeons d’abord un canyon sur 25 km, puis une série de loops entame le passage successif de deux cols d’altitude, le Lachuglung La (5064 m alt.) et le Nakeela (4738 m alt.) avant de redescendre dans les gorges étroites de Pang où quelques bouquetins patrouillent régulièrement à la recherche de nourriture. A l’approche des Morey Plains, nous empruntons une large bande de terre sablonneuse coincée entre deux montagnes, des tentes en poils de yak se dessinent à l’horizon, nous approchons du territoire des nomades Changpa, les premiers habitants du Ladakh. Des troupeaux de yaks et de chèvres pashminas parcourent la plaine pour y grappiller les quelques végétaux capables de survivent à ces altitudes (+/- 4300 m alt.). Le décor est surréaliste! L’arrivée au lac Tsokar sous le soleil couchant conclu cette journée en beauté. Logement en camping (4500 m alt.).

J4: TSOKAR - LEH (154 km – 5 à 6h)
Le deuxième col carrossable le plus haut du monde, le Tanglang La (5300m d’alt.) d’où nous pourrons admirez les chaines du grand Himalaya est le challenge qui nous attend ce matin. De l’autre coté du pass, par une descente vertigineuse vous rejoignez les premiers villages ladakhis puis, d’étroites gorges de couleur pourpre débouchent enfin dans la vallée de L’Indus. Nous longeons le fleuve turquoise jusqu’à la capitale du Ladakh, de plus en plus de villages et monastères apparaissent, la vie semble surgir de nulle part, nous sommes de retour parmi les hommes, au pays des dieux ! A l’arrivée, nous apprécions le confort et la douche chaude de la guest house. Logement en guest house.
Les lacs d’altitude 3 jours : 445€ / pilote & 395€ / passager, ère
De Lamayuru à la Nubra 4 jours : 545€ / pilote & 495€ / passager, ère
La Transhimalayenne 4 jours : 545€ / pilote & 495€ / passager, ère

Le prix comprend
  • Une Royal Enfield (modèle 2009 / 2011) + l’essence
  • L’équipe encadrement : un accompagnateur moto francophone, un guide local, un mécanicien, et un chauffeur.
  • Un véhicule d’assistance, à bord duquel peuvent éventuellement monter les passagers/ères motos
  • Pension complète, logement en chambre double en guest house ou en camp fixe selon les mini-trips.

Le prix ne comprend pas
  • Les vols & les taxes d’aéroports
  • Le transport pour rejoindre Leh (ou Manali en fonction du module choisi)
  • Les frais de visas
  • L'assurance rapatriement
  • Les boissons et dépenses personnelles
  • Les pourboires
L’encadrement : Vous êtes pris en charge depuis le matin du jour du départ. Nous nous mettrons d’accord sur un point de rendez-vous, à Leh ou à Manali, en fonction du module choisi.
Durant le voyage, l’équipe se constitue de Sanu, c'est votre guide culturel francophone
, il passe de la voiture assistance à la moto et vice versa, enchaine la présentation de la vie locale, vous plonge dans l'histoire d'un monastère, du bouddhisme, ou... C'est sans fin, il est incollable. Depuis 2013, Thinless a troqué sa jeep contre une Royal Enfield, c'est lui qui ouvre la route et s'assure que le sourire ne vous quitte plus. Ces compagnons de route l'ont ironiquement surnomé "Road Captain" (il est Ladakhi et est aussi notre guide local... Il connait tout le monde partout et cela nous ouvre beaucoup de portes), Raja est notre mécanicien (il est Sikh et habite à Delhi quand il n’est pas en tour ou dans la préparation de notre parc de moto.. Il travaille à l’année avec nous) ! A cela s’ajoute quelques personnes que vous croiserez occasionnellement : Gyaltsan, qui s’occupe de la logistique depuis notre bureau à Leh, Dorjey (aussi Ladakhi et guide de trekking) qui vous accueille à Delhi, Nawang le propriétaire de la guesthouse à Leh, et toute une bande d’amis qui gravite autour particulièrement lors des fêtes à la fin des séjours. Nous sommes très unis par une amitié qui dure maintenant depuis près de 10 ans et l’équipe n’a pas changée depuis le début. Nous vivons à l'année dans la région, nous y avons nos amis, nos habitudes, nos bonnes adresses.... Cela se ressent tout au long du voyage... Pour le reste, c'est à vous de jouer ! 
Le voyage se déroule sur le rythme de la balade et c'est l'entre-aide qui prime sur la performance. Raja, notre mécanicien, peut à tout moment prendre une moto lors des passages plus difficiles ou pour dépanner lors d'un coup de fatigue. L’un ou l’autre pilote peut alors prendre place dans le 4x4 qui suit le groupe de motards et faire papote avec Thinless. La moto est le meilleur moyen de visiter le Ladakh parce qu’elle facilite le contact avec les personnes rencontrées, parce que vous êtes acteur et non passif, parce que l’on peut s’arrêter à tout moment pour un paysage, une photo ou une rencontre....   


Voyager à moto en Inde :   la conduite sur les routes indiennes, elle est quelque peu déroutante au début, mais l’on finit vite par s’y habituer. Le klaxon est roi, le plus gros a généralement la priorité, et n’importe quoi (ou qui !) peut déboucher à tout moment en plein milieu de la route. Une fois ces trois règles assimilées, la circulation nous semble plus fluide. L’aventure s’adresse à des pilotes expérimentés capables de respecter les consignes élémentaires de sécurité.

L’itinéraire : Les distances et les temps de roulage peuvent être modifiés en fonction des conditions climatiques et de l’état de la route. Alors faites preuve de patience et de bonne humeur, vous êtes en vacances !

Le climat : notre été européen correspond à la meilleure période pour visiter le Ladakh. Alors que le reste de l’Inde se retrouve sous la mousson, le Ladakh, coincé entre la chaine himalayenne et celle du Karakoram, se trouve épargné par les pluies. Le climat y est donc sec et rude avec une réverbération intense du soleil. Les températures oscillent de 0 à 30° en fonction de l’altitude et de l’ensoleillement (les écarts sont parfois brusques). Toutefois ayez en tête que dans les alentours de Manali la mousson arrive, il faudra donc prévoir des vêtements adaptés (cf. Equipement).


L’altitude : la région du Ladakh se trouve en haute altitude, nous franchissons des cols à plus de 5000m et dormons généralement entre 3000 et 3500m d'alt. Deux nuits se passent à 4500m d'alt.(les lacs). Nos parcours tiennent compte de l’acclimatation à l’altitude, mais vous pourrez vous sentir un peu faibles durant les premiers jours, cela varie d'une personne à l'autre, fumeur ou pas, sportif ou non, jeune ou vieux, fille ou garçon, Il n'y a pas de profil type et d'une fois à l'autre cela peut changer.  Voici les principaux symptômes : maux de tête, étourdissement, perte d’appétit, insomnie, nausée….
Quelques conseils pour limiter le mal d’altitude :
  • Bien dormir…. Essayez d’arriver le plus reposé possible et ménagez-vous les premiers jours.
  • Boire beaucoup d’eau, même si vous n’en ressentez pas le besoin. Evitez les boissons alcoolisées, mangez peu ou léger.
  • Pas de mouvements brusques ou d’efforts démesurés… Faites tout au ralenti, c’est les vacances, prenez le temps pour vous !
  • Suivez les conseils de vos guides, ils ont de l’expérience.
La plupart du temps, il suffit de se reposer, prendre un ou deux cachets d'aspirine (pour fluidifier le sang), et ça passe. Si le mal perdure, nous disposons de bouteilles d’oxygène. Et si cela ne passe toujours pas, la seule solution est alors de redescendre en altitude. L’un des deux véhicules qui nous accompagne peut à tout moment prendre en charge un participant vers un point plus bas (vers Manali ou Leh en fonction de l’endroit où l’on se situe).
Concernant le Diamox qui est diurétique, nous préconisons une utilisation en curatif et non en préventif. Différents avis existent sur le sujet, renseignez-vous auprès de votre médecin.


Santé : au-delà des questions d’altitudes décrites ci-dessus, il est essentiel de nous faire part de toute spécificité de santé vous concernant cela nous permettra d’être plus réactifs en cas de soucis. En cas d’antécédents cardiaques il est indispensable d’avoir l’aval de votre médecin.

Les hébergements : Les nuits se font principalement dans des guesthouses (petits hôtels de type familial) en chambre double. Chaque chambre comprend une salle de bain privée avec eau chaude, souvent dans un cadre magique. Certains parcours prévoient des nuits en altitude dans des campements fixes installés durant la saison à Sarchu, aux lacs Tsomoriri et Tsokar. Il s'agit de grandes tentes de deux personnes, où vous pouvez vous tenir debout et dormez dans un lit avec sommier. De grosses couvertures sont fournies mais il est toujours préférable d’avoir son sac de couchage. Nous prenons les repas dans la tente mess. Vous êtes au plus près de la nature, les montagnes comme seul décor et les marmottes comme uniques voisines. Le bonheur !


Les repas : les repas sont pris tous ensemble. Petit déjeuner vers 8h, déjeuner vers 12h-13h généralement sous forme de pique-nique et diner vers 19-20h au restaurant ou à la guest-house. Ce voyage est aussi une expérience culinaire qui évoluera en fonction des régions que vous traverserez. Si les traditionnels currys de poulet et végétariens ainsi que les incontournables chapatis et naans vous accompagneront tout du long, vous découvrirez une gastronomie plus proche de celle chinoise une fois au Ladakh avec ses nouilles sautées, raviolis vapeurs (momos) et grandes soupes par exemple. Vous aurez également un aperçu des plats de type cachemiri (à forte influence pakistanaise), délicieux ! Pour les moins aventuriers du palais, rassurez-vous, les occasions de manger occidental seront nombreuses. Quant à manger épicé, cela dépendra de vos goûts !

Tenues : afin de respecter la culture locale, il est important d’avoir les épaules couvertes, d’éviter les décolletés, et les jambes nues… Indispensable pour la visite des monastères.

Equipement : voici une liste non exhaustive des principales choses à mettre dans votre balluchon :
  • Chaussures de marche ou bottes moto (le plus étanche possible !) + une paire de chaussures ou tennis pour le soir
  • Veste chaude
  • Combinaison de pluie
  • Gants et casque (l’intégral protège mieux de la poussière, ou de la pluie, le casque ouvert est agréable pour sa vision et son confort, dans tous les cas, une visière ou des lunettes sont nécessaires).
  • Lunettes de soleil (haute montagne de préférence)
  • Sous couche thermolactyl (genre Damar, etc...)
  • Pull chaud en laine, polaire, écharpe, gants et bonnet
  • Sac de couchage (0° confort)
  • Sac à viande éventuellement
  • Lampe frontale ou lampe de poche
  • Barres céréales ou toutes autres gâteries dont vous raffolez
  • Crème solaire écran total
  • Protection lèvre (labialisant)
  • Antibiotiques à large spectre
  • Aspirine ou paracétamol
  • Diamox (mal des montagnes, consultez votre médecin)
  • Immodium, Ercefuryl
  • Pansements, élastoplastes, désinfectant
Les bagages : durant le voyage à moto, vos sacs seront transportés dans l’un des véhicules qui suit le groupe. Sur la moto, vous aurez votre petit sac de jour, avec crème solaire, eau, appareil photo, etc… (nous vous fournirons une housse de protection pour l’eau et la poussière - les motos sont équipées d’un petit porte-bagages).

Argent : les Euros sont acceptés partout en Inde, vous pourrez changer à Delhi, à Manali et à Leh. Des distributeurs par carte bancaire sont également disponibles à Delhi, Manali et Leh (vérifiez auprès de votre banque si votre type de carte fonctionne en Inde). Le taux de change est d’environ 1€ = ­65 roupies.

Budget à prévoir : le budget sur place n’est pas très élevé...voici quelques références et frais à votre charge:
  • Vos boissons : comptez 10 roupies (15cts d’euros) pour l’incontournable chai = thé, 25 à 40 roupies le litre d'eau, 100 à 150 roupies pour une grande bière.
  • Les entrées pour les monastères : environ 200 roupies/personne (3€) pour la totalité du séjour.
  • Les repas à Delhi : entre 200 et 500 roupies/repas (entre 3€ et 8€).
  • Les extras : cadeaux etc.
  • Les pourboires : à votre bon vouloir et en fonction de votre satisfaction bien entendu.

Electricité : pas besoin d’adaptateur, les prises sont les mêmes que chez vous et le voltage est de 220V bien que pas toujours stable (il y a beaucoup de coupures de courant). Vous pourrez charger vos batteries en cours de route, excepté les soirs en campements fixes à Sarchu, aux lacs Tsokar et Tsomoriri... Si vous avez un chargeur sur allume cigare, vous pourrez toujours rechargez vos appareils dans le véhicule d’assistance qui nous accompagne.

Communication : votre réseau téléphonique fonctionnera entre Delhi et Manali. Une fois au Ladakh aucun réseau étranger ne fonctionne (zone protégée de par la proximité avec la Chine et le Pakistan). Sur place vous pourrez vous rendre dans des cafés internet ou en cas d’urgence, vos proches peuvent joindre directement un membre de notre équipe.


Décalage horaire : l’Inde est loin, mais pas si loin ! + 3h30 vous séparerons de vos proches restés en Europe.

Vaccins : aucune vaccination n'est administrativement obligatoire en Inde. Cela dit il est important d'être à jour pour les vaccination universelles : tétanos, polio, diphtérie, hépatite B, coqueluche, rougeole, oreillons, rubéole. La vaccination contre l'hépatite A et la fièvre typhoïde est conseillée.

Visa : à propos du visa, cela va en général assez vite (4 à 5 jours ouvrable), mais il faut prévoir un mois à l’avance pour être certain de l’obtenir dans les temps... Toutes les informations sur VFS Global, l’organisme qui gère les visas pour l’Inde. Pour le visa en ligne, vous pouvez le demander au plus tôt 30 jours avant le départ, vous obtenez un reçu par mail et recevez votre visa à l'arrivée à l'aéroport. 
http://in.vfsglobal.be/french/index.html (belgique)
http://www.vfs-in-fr.com/ (France)
http://in.vfsglobal.ch/ (Suisse)
https://indianvisaonline.gov.in/visa/tvoa.html (visa en ligne)